Du rififi au Valhalla

Consigne 14 – Revisiter les mythes et les légendes

Pour cette quatorzième consigne, je devais m’attaquer aux mythes et légendes de notre monde en altérant la finalité. Cette fois, je me suis aventuré dans les légendes nordiques, et je me suis attaqué aux croyances vikings. Le Valhalla. Pour changer cette légende, j’ai tout simplement doté les valkyries d’un syndicat. Iront-elles sauver ce pauvre soldat agonisant aux portes de la mort ? À vous de le découvrir, car rien ne va plus dans les cieux.

C’est la première fois que je contemple aussi sereinement le ciel. Il est immense et son voile azuré s’étend par delà l’horizon. Il nous englobe de sa protection en nous apposant son sceau, un sceau de paix qui nous porte à la rêverie. Mon regard se perd dans cette étendue de liberté, où je ne trouve aucune accroche. J’aperçois le soleil déjà haut à cette heure, ses rayons embrassent les cieux et intensifient leurs reflets bleutés. Je me sens bien sous sa lumière, elle réchauffe paisiblement mon corps fatigué par cette dure matinée. Un ombrage vient, de légers nuages passent au dessus de ma tête, ils semblent suivre un tracé, leurs propres chemins, en obéissant uniquement aux règles dictées par la nature. J’entends le vent me murmurer à l’oreille que moi aussi, bientôt, je continuerai ma route. En attendant cet instant, je suis allongé et j’admire ce spectacle sans fin, celui de la vie. Ma respiration devient de plus en plus lente, je suis conduit progressivement vers un état de quiétude. J’ai du mal à garder les yeux ouverts. Je m’assoupis, bercé par le vent qui continue doucement de souffler sur la vallée où je me repose. 

Quelques minutes plus tard. Je reprends contact avec mes sens et la réalité. Une bouffée d’air putride m’irrite le fond de la gorge. Je crache du sang. J’ai du mal à respirer. Ma poitrine est à nue. Une profonde entaille parcours mon abdomen, elle me déchire les entrailles. Je souffre. Je ne sens plus mes jambes brisées sur lesquelles, un peu plus tôt, un cheval mort s’est écroulé. Mon bras gauche est manquant et le droit tient fermement mon arme, la hache de mes ancêtres. Tout autour de moi c’est le chaos. Un mélange de corps inertes et de mares de sang m’entourent. Je regarde à nouveau la voûte céleste. Une petite larme de soulagement coule le long de ma joue qui commence à se glacer. Je le sais. C’est bientôt le moment. Il m’a fallu de nombreux combats pour arriver jusqu’ici, et attendre cette délivrance. Je vais enfin pouvoir rejoindre mon père, mon grand-père, mes camarades, les anciens du village et tous les autres hommes tombés au combat l’arme à la main. Rejoindre le Valhalla*, le hall des guerriers, et festoyer jour après jour en attendant le Ragnarök*. Je me vois déjà dans la grande salle d’honneur me bâfrant de cochons braisés à m’en faire éclater la panse et m’abreuvant d’hydromels*, afin de noyer mes veines dans le nectar exaltant des dieux. 

Les minutes glissent les unes après les autres sur mes pensées. 

Ma main commence à se raidir fermement sur ma hache. Je sens une angoisse monter en moi, mais où sont les valkyries* ? Elles ne vont pas me laisser seul ici. Je crie de toutes mes forces vers les cieux.

– Je suis là ! Je me suis battu vaillamment aujourd’hui, m’avez-vous oublié ? 

Malgré mes vociférations, les cieux restent muets à ma plainte. Je ne peux pas mourir ainsi et ne pas être parmi les miens. Je refuse de l’admettre, je continue de hurler au ciel.

– Je vous en prie, emmenez-moi au Valhalla !

Sur ces mots, un grondement venant du ciel résonne lourdement sur la vallée, je me mets à trembler de peur. Il est suivi d’un faisceau lumineux qui s’écrase juste devant moi, la chaleur dégagée y est ardente. Je suis ébloui, j’ai du mal à entrevoir ce qui se passe. Deux jeunes femmes en armures sortent de la lumière. Des valkyries. L’une d’elles s’adresse à moi.

– Qu’y a-t-il guerrier ?

– Je sens la mort approcher valkyrie, mon heure est arrivée. Je dois rejoindre Odin* au Valhalla.

– Je vois que tu as ton arme en main, et que tu es apte à entrer au hall des guerriers, mais vois-tu, par soutien à notre mouvement contestataire contre notre maître, ma sœur et moi allons te laisser ici.

– Comment c’est possible ? Vous ne pouvez pas faire cela, m’inquiété-je.

– Cela a été entendu et approuvé par l’ensemble du groupement des valkyries, suite un contexte politique et syndical difficile nous nous refusons de poursuivre nos activités d’exfiltrations sur les neuf royaumes*.

– Nous disons non au capitalisme sauvage et arrogant du système Odinien ! continue la deuxième valkyrie. 

Je suis abasourdi par ce que je viens d’entendre, ce n’est pas normal elles sont les fidèles serviteurs du père des dieux, elles ne peuvent pas agir ainsi. La première valkyrie reprend son monologue.

– Pour vous guerriers c’est facile, vous combattez avec bravoure, vous mourez et vous attendez sagement que nous venions vous récupérer. Vous n’imaginez même pas le travail qu’il y a derrière ! Rien qu’hier lors de la grande bataille d’Àlfheim* contre les elfes noirs, mes sœur et moi avons dû travailler plus de de 40 heures en seulement 2 jours, sans repos, pour ramener tout ce beau monde au Valhalla. Et qu’avons-nous eu en remerciement ? Rien ! Juste le fait que nous avons dû repartir, car une autre guerre se dérouler dans un autre royaume. Nos conditions de travail se sont dégradées durant les derniers siècles avec toutes ces guerres. Nous voulons plus d’effectif de la part du gouvernement, un meilleur traitement dans le respect de nos conditions de travail, et un assouplissement drastique de nos heures, nous voulons des congés ! Dans ces conditions, tant que toutes nos revendications ne seront pas acceptées par Odin, nous ferons grève ! 

– Mais moi ? angoissé-je.    

– Mais toi, ce n’est pas notre problème, tu vas rester sagement ici et attendre, clôture la deuxième valkyrie.

Je suis en état de choc, je n’en crois pas mes oreilles. Elles repartent par où elles sont apparues en ne prononçant plus un mot, et en me laissant ici, pour cause de grève.

Valhalla : la dernière demeure des guerriers dans la mythologie nordique

Ragnarök : la fin du monde

Hydromel : boisson alcoolisée composée d’eau et de miel 

Valkyrie : vierge guerrière, son rôle est d’introduire au Valhalla les guerriers morts au combat l’arme à la main, elles sont sous les ordres d’Odin

Odin : le père des dieux

Neuf royaumes : dans la mythologie nordique, il y a neuf royaumes (mondes) où coexistent les différentes races

Àlfheim : royaume des elfes clairs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *